Bonjour à toutes

Un petit passage pour vous annoncer qu'il n'y aura plus d'avancée à vous montrer avant bien longtemps

En effet le 30 mai en partant travailler comme tous les matins sur mon vélo j'ai eu un accident

Il commençait à bruiner et comme je suis toujours optimiste je me suis dit que cela ne durerait pas longtemps,

J'ai donc enfilé mon poncho K Way et j'ai enfourché mon engin.

Arrivée sur le pont à l'entrée de la ville, j'ai freiné en arrivant au feu rouge et là catastrophe :

Y avait-il une plaque d'huile ou est ce la pluie naissante sur une route où il avait fait chaud depuis plusieurs jours et qui l'a rendue glissante, toujours est-il que mon vélo est parti en glissade, et j'ai chuté sur mon côté gauche.

Une voisine passant par là elle aussi en partant travailler est accourue en me voyant sur le sol, incapable de me relever, elle m'a aidé accompagnée de quelques personnes descendues de leurs voiture à me relever.

Une personne a appelé les pompiers, ma voisine est restée avec moi en attendant mon mari qu'elle avait appelé au téléphone et les pompiers.

Et là ma galère a commencée.

J'avais très mal au coude.

Les pompiers sont arrivés rapidement et m'ont conduit à l'hôpital, radio presque aussitôt et vers 10 H 00 résutat : coude fracturé et il me dise qu'il faut opérer.

Là il me disent qu'il faut attendre qu'une place se libère au bloc et me mette donc en attente avec une perf de calmant. Ils me disent qu'il faut rester à jeun au cas où l'opération se ferait rapidement,

La matinée se passe, puis l'après-midi sans que j'ai plus d'informations.

Un moment ils me mettent dans le couloir car ils ont besoin du box dans lequel je patientais et l'attente se poursuit.

Vers 18 H00 ils me disent qu'ils me transfèrent en service orthopédie.

Là nouvelle attente et je vois enfin un médecin vers 19H00 qui me dit qu'il n'y avait pas de place au bloc puisque leur planning était déjà rempli et que je passerais au bloc le lendemain matin.

Il m'amène un plateau : jambon haricot vert et compote.

La nuit a été difficile entre la douleur et une voisine de chambre qui se levait tous les quart d'heure en allumant la lumière chaque fois que je commençais à m'endomir.

Le lendemain, visite du toubib qui m'assure que je serais opérée rapidement et le temps passe !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

A midi toujours pas de nouvelle, on me répond vaguement que les urgences orthopédiques passent en dernier blablabla !!!!!!!!!!!

Et l'après-midi commence,

A 18H00 lassée fatiguée et à bout de nerf, j'appelle mon mari et lui demande de venir me chercher car je veux sortir de cet enfer,

J'appelle une infirmière pour qu'elle me déperfuse car je m'en vais, que je veux partir à la clinique, que j'y serais sans doute mieux soignée, que si elle ne le fait pas je vais tout arracher, je commence à me rhabiller comme je peux, mon mari arrive et leur fait comprendre que c'est un scandale de laisser les gens dans de telles conditions, ect .............

Et là nous voyons arriver le médecin en courant et m'affirmant que mon tour était venu et que j'étais la prochaine à passer au bloc.

Je lui répond que je ne le crois pas et que si cela se fait s'est uniquement parce que l'on a fait un scandal et que si j'avais su je me serais énervée un peu plus tôt.

Enfin bref je suis rentrée au bloc à 20 H 00.

Pose de 2 broches et d'un anneau pour remplacer l'olécrane,

Je suis sortie le 2 juin sans voir le toubib qui a dû oublier de passer me voir, sans savoir si je devais mettre mon atèle, sans qu'il me dise si c'était des broches provisoires ou pas. Enfin bref mais j'avais tellement hâte de rentrer chez moi que toutes ces questions me sont venues après.

Je suis en arrêt jusqu'au 10 juillet et je revoie le chirurgien le 3 juillet.

Voilà pour les nouvelles

A bientôt

Bises à toutes